Bio

Agriculture bio et mère Nature

Depuis le début du XXe siècle, l’agriculture industrielle gagne du terrain dans le domaine de la production agricole. Mais cette méthode est-elle vraiment saine pour l’environnement ? Si vous voulez protéger mère nature, pourquoi ne pas opter pour l’agriculture bio ?

Protection de la biodiversité et du sol

L’agriculture biologique consiste à exclure le recours aux différents produits chimiques de synthèse, les organismes génétiquement modifiés et la conservation des cultures par irradiation. En effet, l’utilisation des divers pesticides et engrais chimique peuvent favoriser la destruction rapide de la fertilité du sol. Ces produits chimiques sont surutilisés par l’agriculture industrielle vers la fin du XIXe siècle rendant ainsi à nos jours plusieurs hectares de sols infertiles. De l’autre côté, l’agriculture bio privilégie au maximum la fertilité du sol et la protection des plantes par l’utilisation des biopesticides. Les biopesticides sont totalement bio, ce sont des pesticides et des engrais dérivés des substances naturelles comme leurs noms l’indiquent. Par ces pratiques, elle permet de préserver la biodiversité en n’utilisant pas les divers moyens génétiques de synthétisation en laboratoire.

Amélioration du climat pour un avenir sain

Saviez-vous que la méthode de production des aliments qui se trouvent dans nos assiettes est aussi bénéfique pour le climat ? De manière directe, les émissions de protoxyde d’azote sont réduites grâce aux cultures des plantes légumineuses qui fixent naturellement l’azote dans le sol. Les carbones quant à eux sont fixés dans le sol grâce à l’élevage en plein air, cela compense par la même occasion les émissions de méthane des animaux. De manière indirecte, on peut éviter de contribuer à l’émission du dioxyde de carbone qui est primordial pour la fabrication industrielle d’engrais chimiques de synthèse en s’abstenant d’utiliser des engrais azotés chimiques. L’agriculture bio permet donc de lutter contre le réchauffement climatique en limitant les rejets polluants.

La relation eau – agriculture

Le rejet de ces différents produits chimiques dans le sol impacte aussi la nappe phréatique, donc sur l’eau. Lorsque vous utilisez des engrais biologiques pour la fertilisation des sols, l’azote d’origine organique se lie aux argiles du sol et est libéré sous forme de nitrate soluble diminuant ainsi les risques de lessivages. Indirectement, vous pouvez aussi réduire la quantité d’eau nécessaire à la fabrication des engrais chimiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.